L'Albanie et les trésors de l'Unesco

Au nord de la Grèce, face au talon de la botte italienne, l’Albanie est une terre secrète qui se dévoile peu à peu aux voyageurs. Elle a baigné dans l’influence des plus grandes civilisations méditerranéennes. Illyriens, Grecs, Romains, Byzantins, Ottomans y ont tour à tour laissé leur empreinte pour lui léguer des richesses archéologiques dignes de figurer au patrimoine mondial de l’Humanité. Les décors naturels mêlant Riviera authentique, montagnes escarpées, lacs et forêts, ne sont pas en reste. À mille lieues des tropismes touristiques, l’Albanie nous invite à une émouvante confidence.
 
Longtemps recluse sous la férule d’une dictature marxiste tombée en 1991, l’Albanie n’a pas encore rattrapé le cours trépidant du XXIe siècle. Son atmosphère surannée qui rappelle parfois la Grèce des années soixante n’est pas le moindre de ses charmes. Ici vivent encore l’ours, le loup, le lynx et le chamois, les charrettes tirées par les ânes n’ont rien de folklorique et l’agriculture fournit la majeure partie du PIB national.
 
Brassage des cultures
Le « pays des Aigles » a suscité bien des passions au cours de son Histoire, attirant les plus grandes civilisations méditerranéennes. Les Albanais sont les héritiers des Illyriens, ces peuples de souche indo-européenne apparus dès le IIe millénaire av. J.-C. qui restèrent souvent divisés en tribus. Le plus puissant royaume d’Illyrie fut fondé en 385 av. J.-C. par Bardylis qui choisit pour capitale Shkodra, au nord de l’Albanie. À cette époque, l’hellénisation de la région était déjà bien avancée. Vers 600 avant notre ère, les Grecs avaient fondé le comptoir de Dyrrhachium (Durrës) et celui d’Apollonia dont les ruines splendides s’élèvent au milieu des oliviers.
Avec l’avènement de César, l’Illyrie devient une province romaine prospère, desservie par la via Egnatia qui traversait les Balkans jusqu’à Byzance. Après le partage de l’Empire romain, elle passe sous l’influence byzantine. À partir du IXe siècle, elle connaît tour à tour la domination des Bulgares, des Normands, des Angevins, des Vénitiens… Puis l’hégémonie ottomane - malgré la résistance menée par le grand héros national Skanderbeg - finit par s’imposer de 1479 à 1912, date de l’indépendance.
 
Le sceau de l’Unesco
À la jonction de l’Orient et de l’Occident, l’Albanie a conservé de cette Histoire mouvementée des témoignages d’une éloquente beauté. L’Unesco a notamment classé la cité de Butrint qui illustre parfaitement cet effet de palimpseste dont le pays a le secret : colonisée par les Grecs (selon Racine, Pyrrhus y avait son palais !), la ville devint romaine, puis byzantine et vénitienne. Abandonnée au Moyen-Âge, elle a hérité de ces différentes époques des ruines intactes que le voyageur découvre dans un environnement méditerranéen magnifiquement préservé. L’organisation onusienne a également distingué les centres historiques de Berat et Gjirokastra qui révèlent une architecture typique de la période ottomane et témoignent de la coexistence de différentes communautés religieuses et culturelles au fil des siècles.
 
L’Albanie avec Arts et Vie
La petite superficie du pays (comparable à celle de la Belgique) permet d’explorer en 9 jours un grand nombre de lieux passionnants. Outre les sites classés par l’Unesco, Arts et Vie vous invite à découvrir Tirana, la capitale, et son musée national historique ; les cités antiques de Byllis et d’Apollonia ; Durrës, deuxième port du pays où veille toujours un amphithéâtre romain imposant. Notre itinéraire vous entraîne le long de la magnifique Riviera albanaise vers Saranda, chemine dans les montagnes vers Korça, vous conduit sur les rives du lac d’Ohrid à Pogradec et sur les berges du lac Shkodra — au pied de la ville éponyme — qui est le plus grand de la péninsule balkanique. Un voyage à la fois récréatif et très instructif.
 
Envie d'un voyage sur mesure ?