L’architecture et l’urbanisme balnéaires de la côte basco-landaise

Nef de l'Église Saint-Jean-Baptiste de Saint-Jean-de-Luz D. Villafruela Le front de mer et la plage d'Hossegor au crépuscule Ville d'Hossegor Le château Gramont à Biarritz Visites Aquitaines La Villa Leïhorra à Ciboure D.R. La Grand-Plage de Biarritz E. Perojo La Villa Natacha à Biarritz D.R. Le port de Ciboure Chez Lydie
Escapade 5 jours / 4 nuits Nouveau 15 à 25 participants Forfait par personne : à partir de 1 190 Les temps forts

  • Itinéraire de Biarritz à Soorts-Hossegor, à la découverte d’un patrimoine architectural d’exception
  • Visite intérieure des villas Leïhorra, Arnaga et Saraléguinéa et du château-observatoire d’Abbadia
  • Parcours-architecturaux et 2 conférences, sous la conduite de Rémi Rouyer, architecte DPLG et professeur à l’École nationale supérieure d’architecture de Nancy

Dates et prix
Chargement en cours...
Du 23 au 27/05/2018

L’invention du balnéaire remonte à la toute fin du XVIIIe siècle quand l’air marin se révèle détenir des vertus curatives et que naît une esthétique du paysage maritime. Mais il faut attendre la seconde moitié du XIXe siècle pour qu’un urbanisme de villégiature se développe et lance la mode des stations balnéaires. Si la côte normande, pour sa proximité avec la capitale, et la côte d’Azur, pour la douceur de son climat, font figures de lieux précurseurs, le bassin d’Arcachon et Biarritz deviennent au Second Empire, des centres très actifs grâce à l’engouement du couple impérial et à l’attachement d’Eugénie pour la côte basque. Hôtels, casinos, villas, bains de mers, lieux de promenades et de divertissements sont autant d’édifices et d’aménagements auxquels s’attellent architectes et investisseurs pour lancer la mode du balnéaire et attirer l’élite européenne. Si l’éclectisme caractérise cette première période comme en témoignent le front de mer et les grandes demeures de Biarritz, se substitue dans le sud-ouest un mouvement régionaliste néo-basque dont les sources reposent sur l’architecture vernaculaire du Labourd, l’artisanat d’art local et les ressources du terroir. Saint-Jean-de-Luz, Guéthary, Ciboure, Cambo-les-Bains et un peu plus tard Soorts-Hossegor, constituent un terrain d’expérimentation pour des architectes tels Henri Godbarge, Benjamin et Louis Gomez ou encore Joseph Cazalis. Collaborant étroitement avec des artistes comme les frères Arrue et des artisans d’art (céramistes, maîtres-verriers, ferronniers, ébénistes…), ils s’inscrivent dans une dynamique de création proche des mouvements Arts & Crafts puis Art nouveau à travers l’Europe, répondant ainsi à une demande sociale et politique de la Belle Époque pour un enracinement local, auxquels se substitueront le Modernisme et l’Art déco dans l’entre-deux-guerres, plus universels. C’est tout ce patrimoine défendu et restauré par des passionnés, et ces paysages que cette escapade vous invite à (re)découvrir. Rémi Rouyer

1er jour : Paris/Biarritz – centre-ville, quartiers de la Grande Plage et du lotissement impérial.

¦ Pour la formule avec transport, rendez-vous matinal à la gare Montparnasse (Paris), puis trajet en TGV jusqu’à Biarritz. À l’arrivée, transfert en car à l’hôtel. Déjeuner libre. ¦ Pour la formule sans transport, rendez-vous à l’hôtel en début d’après-midi. Ouverture du programme par un parcours dans le centre-ville de Biarritz et le quartier de la Grande Plage avec notamment le casino municipal de style Art déco (A. Laulhé arch., 1929) et l’hôtel du Palais reconstruit à partir de l’ancienne résidence impériale (E.-J. Niermans, 1903-1905). Puis, découverte du quartier du lotissement impérial, le long de l’avenue de la reine Victoria, où subsistent de belles villas et hôtels. Visites intérieures de la Chapelle impériale (É. Boeswillwald, 1864-65), seul vestige du domaine développé par l’impératrice Eugénie, ainsi que l’église orthodoxe conçue dans un style byzantin (M. Tisnés, 1892) pour la communauté russe alors en villégiature. Continuation vers le phare, le long de l’avenue de l’Impératrice, pour un point de vue panoramique sur Biarritz. Dîner.

2e jour : Le Biarritz des années 1880 à 1930.

Le matin, découverte des lotissements de villégiature réalisés sur d’anciens grands domaines aristocratiques avec notamment les châteaux Boulard (Duc & Roux arch., 1880) et Gramont (A. Bertrand arch., 1866). À proximité, la villa Natacha (visite intérieure) conçue par les architectes parisiens Henri Sauvage et Charles Sarrazin (1905-1907) qui abrite aujourd’hui les archives d’architecture de la Côte basque. Elle abrite encore de beaux décors Art nouveau (vitraux, boiseries, etc.). Continuation vers le domaine de Françon, aujourd’hui transformé en village de vacances. À l’origine, le château et ses annexes ont été conçus par les architectes R. S. Wornum et E. Salomo en style anglo-normand (1880) pour abriter la villégiature d’un riche armateur anglais, Lord Pennington Mellor. Après le déjeuner, découverte des villas de la perspective de la côte des Basques dont la villa Belza (A. Bertrand, 1880) isolée sur son piton rocheux. Continuation vers le Port-Vieux, ancien centre de Biarritz jusqu’au XVIIe siècle, aménagé en bains de plage dès le XIXe siècle et reconstruit en 1951-1952 par W. Marcel et F. Brana comme un amphithéâtre sur la mer. Poursuite du parcours vers le rocher de la Vierge, monument emblématique de la ville, accessible par une passerelle métallique attribuée aux ateliers Eiffel. Sur l’esplanade qui lui fait face, découverte du musée de la Mer, conçu dans un style Art déco par J. Hiriart, F. Lafaye et R. Laccourreyre (1932-35) pour valoriser le patrimoine océanographique de la région. En fin d’après-midi, conférence “L’invention du balnéaire, entre paysage et tourisme”. Dîner.

3e jour : Biarritz – excursion de Ciboure à Hendaye par la route de la Corniche.

Le matin, départ en car pour Ciboure et la villa Leïhorra (visite intérieure), située sur les hauteurs de Ciboure, qui a fait l’objet d’une minutieuse restauration. Conçue en 1926 dans un style Art déco par l’architecte Jacques Hiriart, gendre de la commanditaire Caroline Signoret, la villa surplombe la baie de Saint-Jean-de-Luz et comprend un patio qui rappelle le Mexique où fit fortune la famille. Elle est dotée de belles mosaïques, des vitraux de Jacques Gruber et des ferronneries de Jean Schwartz. Puis, direction Saint-Jean-de-Luz, en traversant le centre-ville par la rue Gambetta, puis passage à l’église Saint-Jean-Baptiste (visite intérieure) où fut célébré en 1660 le mariage de Louis XIV avec l'infante Marie-Thérèse d’Espagne. Caractéristique des églises basques à galeries, elle est dotée d’un très beau retable en bois du XVIe siècle. Après le déjeuner, direction le port où subsistent de belles demeures d’armateurs du XVIIe siècle (maisons Joanoenia, Lohobiague, Saint-Martin) et découverte du front de mer et de la baie. Si la transformation des installations balnéaires dans les années soixante a modifié le littoral, il subsiste quelques beaux exemples d’architecture balnéaire régionaliste, ainsi que le casino, conçu à l’origine (1925-1927) dans un style moderne dépouillé par l’architecte Robert Mallet-Stevens. Continuation sur la route de la Corniche avec un très beau panorama sur l’océan vers le château-observatoire d’Abbadia (visite intérieure), construit par E. Viollet-le-Duc et E. Duthoit (1864-1879) pour Antoine d’Abbadie, passionné de sciences et d’histoire. D’architecture néo-gothique, l’édifice est inspiré des modèles de châteaux forts du Moyen Âge et porte la marque de la passion orientaliste de son propriétaire. Fin du circuit à Hendaye, passage devant la villa dite Maison rouge (E. Durandeau, 1911-1921) et retour à Biarritz. En fin d’après-midi, conférence “Le régionalisme et l’invention du style basco-landais” à l’hôtel. Dîner libre.

4e jour : Biarritz – excursion à la découverte du style néo-basque, de Cambo-les-Bains à Bidart.

Le matin, départ en car pour la station thermale de Cambo-les-Bains, où l’écrivain Edmond Rostand fit construire la villa Arnaga (visite intérieure) pour la villégiature de sa famille. Conçue par Joseph-Albert Tournaire en 1903-1906, elle comprend encore de nombreux décors intérieurs d’origine (G. La Touche, G. Delaw, C.-H. Dufau) et s’inscrit dans un parc paysagé à la française et à l’anglaise, dessiné sur les propres recommandations de Rostand. Puis, direction Espelette, bourg typique à l’architecture rurale traditionnelle et haut lieu de production du piment d’Espelette, pour le déjeuner libre. L’après-midi, départ pour Guétary, ancien petit port transformé progressivement en lieu de villégiature. Visite intérieure de la villa Saraléguinéa occupée aujourd’hui au rez-de-chaussée par le musée municipal. Construite en 1909 par François-Joseph Cazalis pour Jacques dit Hippolyte Lesca, qui fit fortune en Amérique du Sud, la demeure constitue un bel exemple de villégiature en style néo-basque. Continuation vers le bourg à la découverte de la mairie (Fernand Brana arch., 1925) du même style, avec son fronton de chistera et ses peintures intérieures de Ramiro Arrue (visite intérieure). Poursuite vers les édifices Art déco du front de mer dont la passerelle (H. Godbarge, 1927) qui conduit à l’ancien hôtel-casino Itsasoan, et l’ancien hôtel Guétharia (J. Hiriart & al., 1926). Retour par la côte, en passant par Bidart et la plage d’Ilbarritz. Halte à la Cité de l’océan et du surf conçue par l’architecte américain Steven Holl (2011) et vue sur le château d’Ilbarritz, une demeure construite en 1895-97 par l’architecte Gustave Huguenin sur la colline de Handia, pour l’excentrique baron Albert de l’Espée. Inhabitée depuis de nombreuses années, elle fait actuellement l’objet d’une étude de transformation en complexe hôtelier. Retour à Biarritz en fin d’après-midi. Dîner libre.

5e jour : Biarritz – excursion à Soorts-Hossegor/Paris.

Journée d’excursion à Soorts-Hossegor, la station balnéaire du sud des Landes aménagée dans l’entre-deux-guerres sous la houlette d’Alfred Éluère (futur maire de la ville), du financier Aimé Meunier-Godin et des architectes Henri Godbarge, Louis et Benjamin Gomez. C’est tout un ensemble urbain et paysagé qui est programmé dès 1923 dans un grand domaine forestier, pour faire de Soorts-Hossegor une cité-jardin de villégiature, entre lac et mer, dotée d’un centre-bourg, d’un golf et de son club-house (L. & B. Gomez, 1928-30), d’un front de mer (L. & B. Gomez, 1928-31) avec plages aménagées, d’un sporting-casino (H. Godbarge, L. & B. Gomez, 1927-28), d’hôtels et de villas dont les plus remarquables côtoient le golf et le lac, parmi lesquelles Churruta, Martin Choan et Adichats (L. Lagrange, 1931) ou encore Ametsa (R. Valès, 1930) et Mad Met (H. Tison, 1931). Au cours de la journée, trois parcours principaux (golf, lac et front de mer) permettront de découvrir les principales réalisations, ainsi que le centre-ville où subsistent encore aujourd’hui un beau patrimoine comme les villas des intellectuels et écrivains (J.-H. Rosny, M. Leroy, P. Marguerite) qui ont découvert cet endroit avant son aménagement, l’ancien Hôtel du lac (H. Godbarge, L. & B. Gomez, 1925) ou encore l’église de la Trinité (B. Durand, 1950-1967) plus tardive. Visite intérieure du Sporting Casino suivie par un déjeuner sur place. Retour à Biarritz en fin d’après-midi. ¦ Fin du programme pour la formule sans transport. ¦ Pour la formule avec transport, transfert en car à la gare et retour en TGV sur Paris.

À noter : toutes les visites prévues sont extérieures, sauf mention contraire (sous réserve). L'ordre des visites pourra être modifié selon les impératifs locaux.


Cliquez sur le bouton ci-dessous pour consulter les disponibilités de ce séjour
Dates et prix

Nous vous suggérons également

La Champagne de plume en vignes
Escapade
France : La Champagne de plume en vignes
France

La Champagne de plume en vignes

Du 04 au 07/05/2018
Escapade 4 jours
à partir de 780€
Europe
Sur les pas de Colette en Bourgogne
Escapade
France : Sur les pas de Colette en Bourgogne
France

Sur les pas de Colette en Bourgogne

Du 25 au 28/04/2018
Escapade 4 jours
à partir de 710€
Europe
Balade médiévale à Provins
Journée
France : Balade médiévale à Provins
France

Balade médiévale à Provins

Le 17/03/2018
Journée
à partir de 150€
Europe
Les gares parisiennes
Journée
France : Les gares parisiennes
France

Les gares parisiennes

Le 05/02/2018
Le 28/05/2018
Journée
à partir de 115€
Europe
Envie d'un voyage sur mesure ?