Vue sur Florence et le Duomo  C. Couturier La place de la Seigneurie A.V./A. Roche L’hôtel de ville, ou Palazzo Vecchio A.V./C. Loubet Le Ponte Vecchio D.R. Vue sur Florence depuis San Miniato A.V./C. Chenu Le duomo de Florence A.V./A. Roche Piazza del Duomo de Florence A.V./ C. Chenu Reproduction de David de Michel-Ange sur la Place de la Seigneurie à Florence  J.-L. Spartman
Forum 7 jours / 6 nuits
Les temps forts

  • Cycle de 4 conférences magistrales
  • la galerie des Offices
  • une flânerie dans la campagne toscane à la découverte des beaux villages du Chianti

Nouveau
60 à 80 participants répartis en groupes de 20 à 25 personnes
Forfait par personne : à partir de 1 420
Du 16 au 22/02/2020

Intervenants :

Catherine de Buzon, historienne d'art
Jean-Yves Boriaud, professeur émérite de langues et littératures latines à l'université de Nantes

Florence au 15ème siècle est un laboratoire où va se définir une culture " moderne ".
Les marchands-banquiers peaufinent leur image de marque en prenant le temps d’améliorer leurs connaissances. Ils deviennent des " marchands lettrés ".
Maintenant mécènes, ils ont le désir d’une "renovatio " pour l’affirmation d’une idéologie nouvelle.
Les artistes de la première génération (autour de 1420) utiliseront alors de nouveaux outils à partir de nouveaux critères (les mathématiques, la géométrie perspective, l’attention au réel concret), tandis que la deuxième génération(autour de 1450) cherchera à opérer une synthèse culturelle – de la figuration du Monde à la mesure de l’Homme - une Renaissance - désirant faire de Florence la « nouvelle Rome ».
Florence au 19ème siècle sera l’éphémère (1865-1870) mais - La première - capitale du royaume d’Italie.
Les rencontres entre intellectuels et peintres se feront au quotidien dans les Cafés de la ville. Elle verra ainsi naître et se développer le mouvement pictural des Macchiaioli. Ces artistes " nationaux" aujourd’hui considérés comme les initiateurs de la peinture moderne italienne.
Catherine de Buzon

Sur le plan artistique, le Quattrocento florentin présente tous les caractères d’un âge d’or, comme une promenade parmi ses chefs-d’oeuvre le laisse aisément percevoir aujourd’hui encore. Mais, au-delà, les réalités sont plus complexes et souvent plus sombres : la vie de la Florence de ce temps est tragique, avec, à partir de 1434, la main-mise des banquiers Médicis sur les rouages de l’Etat, puis l’effondrement de leur banque et de leur système en 1494, suivi de l’étrange théocratie imposée par le dominicain Savonarole, et, en 1498, le retour, pour 14 ans, d’une République approximative, menacée de tous côtés, d’où Machiavel tira les édifiantes leçons de son Prince.
Jean-Yves Boriaud

Conférences et visites
Pour l’animation culturelle d’ensemble :
nos meilleurs guides locaux parlant français et une équipe d’accompagnateurs Arts et Vie spécialistes de l’Italie.

- CYCLE DE 4 CONFÉRENCES MAGISTRALES
● " La Florence des mécènes ", par Catherine de Buzon
● " Machiavel et les Florentins ", par Jean-Yves Boriaud
● " Les effervescences de la peinture italienne de l’Ottocento "(Gozzoli, Ghirlandajo), par Catherine de Buzon
● " Savonarole ", par Jean-Yves Boriaud

À noter : les intervenants ayant donné leur accord de principe plus de 9 mois à l’avance, leur participation est donc sous réserve de mission ou d’impondérables de dernière minute. Leur remplacement est garanti avec la même exigence de qualité.

- VISITES
Pour le détail des visites, merci de voir l'onglet "VISITES" ci-dessus.


Cliquez sur le bouton ci-dessous pour consulter les disponibilités de ce séjour
Dates et prix

Haut de page