Fleuve Magdalena L. Ocha La cathédrale de Popayan  F. Eliperma Au site archéologique de San Agustín  Ministerio de Comercio, Industria y Turismo Parc national du Café Colombia Travel La cathédrale de Mompox F. Einer Torre del Reloj à Carthagène C. Anna Dans le parc de San Agustín Ministerio de Comercio, Industria y Turismo Couvent du Santo Ecce Homo, à Villa de Leyva A.V./J.-C. Valantin Village de Barichara R. Shanahan Fleur de café A.V./J.-C. Valantin Guambianos à Silvia Yves Picq
Circuit 19 jours / 17 nuits
Les temps forts

  • le marché de Silvia et la communauté des Guambianos
  • le parcours le long du fleuve Magdalena
  • Santa Cruz de Mompox et Gabriel García Márquez

Nouveau
15 à 24 participants
Forfait par personne : 3 730
En partenariat avec l'association Solidarité Laïque

Engagée auprès du collectif Solidarité Laïque dont elle est membre depuis 1981, Arts et Vie a choisi de faire découvrir cette année à ses adhérents quelques exemples d’actions concrètes soutenues par l’organisme de solidarité internationale. Parce que le voyageur ne peut, selon la philosophie d’Arts et Vie, se contenter de visiter un pays sans en comprendre les problématiques humaines et sociales, notre itinéraire en Colombie de la nouvelle programmation intègre une rencontre avec de très belle initiative locale à découvrir lors du 8ème jour. En savoir plus sur Solidarité Laïque

Bogotá, la grande dame des Andes, est perchée à plus de 2 600 mètres d’altitude. C’est de là que les conquistadors sont partis à la recherche de l’Eldorado… Dans leurs pas, le voyageur d’aujourd’hui découvrira des richesses insoupçonnées. À commencer par le fabuleux musée de l’Or de la capitale colombienne, qui met en lumière la sophistication des civilisations précolombiennes qui vivaient dans le pays avant l’arrivée des Européens. Mais la Colombie, c’est aussi une mosaïque de paysages exceptionnels, des villes coloniales de toute beauté, des ruines mystérieuses, une culture préservée… Sans oublier une population aimable et chaleureuse qui apporte un vrai supplément d’âme au voyage tandis que la découverte de la fondation Bolívar Davivienda Enfances 2/32 sera également l'occasion de partir à la rencontre de ceux et celles qui œuvrent au quotidien, en partenariat avec Solidarité laïque, dont Arts et Vie est membre, pour aider les plus démunis.

1er jour : Paris/Bogotá.

Sur un vaste plateau des Andes, à 2 640 m d’altitude, la capitale de la Colombie, avoisinant les 8 millions d’habitants, est un centre culturel et économique incontournable du pays, mais également une métropole dynamique et moderne où convergent des personnes venant de tout horizon. Accueil et transfert à l’hôtel situé au cœur du quartier historique.

2e jour : Bogotá (2 640 m d'alt.).

Départ pour le marché local de Paloquemao, à la découverte de la vaste variété de fruits, légumes et de fleurs colombiennes (la Colombie est le 2e exportateur de fleurs au monde). Puis approche pédestre de la ville par le quartier historique et colonial de la Candelaria qui permet d’appréhender la « Santa Fé de Bogotá» d’autrefois, avec le charme de ses maisons dites casonas aux couleurs vives et aux patios fleuris ; mais également ses places telles que la plazoleta Chorro de Quevedo aux ruelles étroites, symbole de la création de Bogotá et lieu de rencontre des artistes bohèmes. Vision du théâtre de Christophe Colomb ; du palais San Carlos, ministère et ancienne résidence de Simón Bolívar ; du palais de Nariño, où réside le président colombien. Promenade sur la place Bolívar : le palais du Capitole, la mairie et la cathédrale. Découverte de l’église de la Candelaria, l’une des plus anciennes du quartier. Dans une demeure coloniale avec patio, visite du musée Botero où l’on peut admirer l’importante collection d’œuvres d’un des plus célèbres artistes colombiens contemporain (123 objets d’art) et sa collection personnelle d’art impressionniste et du XXe siècle. Enfin, visite du remarquable musée de l’Or, abritant une collection unique de plus de 35 000 objets d’or des diverses cultures précolombiennes (remarquable barque d'El Dorado en filigranes d'or).

3e jour : Bogotá/le désert de la Tatacoa/Neiva.

Transfert vers l’aéroport et vol pour Neiva (1 h 10 de trajet env.) dans la région de Huila. Départ pour le désert de la Tatacoa aux paysages érodés de canyons ravinés aux couleurs chatoyantes, allant de l’ocre-jaune à l’ocre-rouge, riche en fossiles et cactées. Traversée du secteur de Cusco où l’érosion a formé des canyons et ravins (marche facile). Fin de parcours par un superbe point de vue sur le désert.

4e jour : Neiva/San Agustín (1 650 m d'alt.).

Parcours en car (5 h de route env.), au travers des Andes pour rejoindre le parc de San Agustín, grand centre archéologique de la Colombie, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1995. Belle route longeant le rio Magdalena. Première découverte du site de San Agustín. On peut y contempler le plus grand ensemble de monuments religieux d’Amérique du Sud comptant plus de 300 statues gigantesques et imposantes (hautes de 4 m pour certaines) où sont représentés divinités et animaux mythiques. Ce fascinant parc archéologique se dresse dans un paysage sauvage impressionnant. Visite du petit musée archéologique et de sa salle ethnographique à l’entrée du parc. Parcours par les Mesitas, 4 tombeaux bâtis sur des monticules, puis le site rituel de Fuente de Lavapatas, au labyrinthe indescriptible de canaux et de bassins sculptés représentant des reptiles et batraciens dans le lit rocheux d’une rivière. Montée à l’Alto de Lavapatas, le plus ancien (3 300 ans av. J.-C.), sur une sommité dominant la région et offrant statues anthropomorphes et zoomorphes. Enfin, le Bosque de las Estatuas où 35 statues ont été disposées le long du chemin, parmi une végétation luxuriante et protégée.

5e jour : San Agustín.

Journée d’excursion en jeep 4x4. Passage par le rio Magdalena à El Estrecho, au niveau d’une étroite gorge (2,20 m de large env.). Continuation des visites dans le vaste ensemble funéraire bien conservé du parc de Los Idolos : l’Alto de las Piedras sur sa petite colline où se dressent d’énormes sarcophages monolithiques et nombre de statues, dont certaines conservent encore des traces de polychromie (remarquable statue du « Doble yo », entre représentation humaine et animale). Passage au mirador pour un point de vue sur le fleuve Magdalena. Au final, route en direction du site de La Pelota pour y découvrir des statues polychromées.

6e jour : San Agustín/Popayán (1 740 m d'alt.).

Route vers Popayán, la « Ciudad blanca », capitale religieuse de Colombie par une route rustique (5 h de trajet env.) aux superbes paysages via le parc national de Puracé. Popayán est une des villes coloniales les mieux conservées du pays. Dans l’après-midi, visite de la ville, de ses églises baroques : entre autres la baroque San Francisco ; la cathédrale-basilique sur le Parque Caldas et l’église La Ermita, la plus ancienne de la ville ; l'université de Cauca ; la maison des processions (pour la semaine sainte) et belle découverte de la ville aux travers de ses somptueuses rues pavées de dalles de pierres et bordées de maisons coloniales aux murs blancs, aux balcons fleuris en fer forgé.

7e jour : Popayan/la région du café (1 450 m d'alt.).

Route pour le village de Silvia (2 800 m d’alt.) pour une visite du marché hebdomadaire du mardi où descendent des environs les Guambianos vêtus de leurs costumes traditionnels. Le bleu éclatant de leur cape bordée de rose contraste avec le blanc des multiples colliers des femmes ; les couples, quant à eux, portent tous des chapeaux et de longues jupes. La communauté expose et vend de l’artisanat traditionnel transformant le marché en un véritable lieu de rencontre et de découverte culturelle. Introduction à la culture d’une communauté de Guambianos. À l’heure de la conquête, ce peuple s’est retranché dans les montagnes, créant ainsi une multitude de communautés indigènes conservant encore aujourd’hui une grande partie des croyances et traditions ancestrales. Rencontre avec la communauté afin d’engager un moment d’échanges : explication de leur mode de vie, leur rapport avec la médecine traditionnelle (plantes médicinales : menthe pouliot, arnica, coca...) et leurs rituels ancestraux. Visite d’un atelier de tissage de tradition ancestrale. Enfin, départ pour la région du café vers Armenia ou Pereira.

8e jour : La région du café.

À l’ouest de la Cordillère centrale, le triangle du café formé par les villes de Pereira, Armenia et Manizales produit la moitié du café colombien. Découverte des paysages de collines verdoyantes s’étageant entre 800 et 1 800 m, déclarés patrimoine mondial de l’Unesco en 2011. Route pour le charmant village typique de Filandia, au décor de maisons peintes et aux balcons fleuris. Découverte de son artisanat varié et de ses maisons coloniales colorées, utilisant parfois des structures architecturales typiques à base de bambous. Au cœur des plantations, découverte de la culture du café et initiation aux techniques caféières chez un producteur : parcours du processus d’exploitation du grain de café. Cette immersion didactique dans l’univers du café permet de découvrir les méthodes de collecte et de sélection des grains mais aussi le processus du séchage à la torréfaction des graines jusqu’à obtenir le produit final. La complexité de cette élaboration et le soin qu’apportent les ouvriers à chaque étape afin de produire un café d’une excellente qualité est remarquable. La découverte se terminera par la dégustation d’une tasse de café. Rencontre avec la fondation Bolívar Davivienda Enfances 2/32 (en partenariat avec Solidarité laïque) dont les multiples actions visent à aider les populations les plus démunies (défense des droits des enfants, aide aux enfants handicapés), d'éduquer à la citoyenneté et à la paix civile, encourager des formations artistiques (arts plastiques, littérature, danse, théâtre, musique...), d'assistance médicale – en particulier visuelle –, etc...

9e jour : La région du café/Bogotá/Nemocón/Villa de Leyva.

Vol vers la capitale (1 h de trajet env.). Continuation par route vers la savane de Bogotá, vaste gisement de sel souterrain, et visite de Nemocón, ancienne mine située à 80 m de profondeur (exploitée de 1819 à la fin des années 1980), avec ses vastes galeries (environ 1,6 km), une petite chapelle creusée à même la mine et vision de cascades de sel, de miroirs d’eau, de stalagmites et stalactites de sel. Poursuite du trajet en direction de Villa de Leyva, une des villes au charme colonial en Colombie, fondée en 1572, entièrement classée monument historique, avec ses bâtisses aux murs blanchis à la chaux.

10e jour : Villa de Leyva.

Matinée consacrée à l’exploration des environs en commençant par le musée du Fossile : reconstitution paléontologique d’un kronosaure, plésiosaure vivant au crétacé inférieur (env. 120 millions d’années) mesurant plus de 8 m de long ; collection de fossiles d’ammonites et autres. Puis, le site d’El Infiernito, avec ses pierres dressées (plus de 3 m de haut pour certaines) : possible ancien observatoire astronomique précolombien lié au culte de la fertilité, de la civilisation muisca. Enfin, entrée au couvent de Santo Ecce Homo (construit par les Dominicains en 1620) : salles autour du patio fleuri intérieur contant notamment l’histoire de l’évangélisation des Indiens par la couronne espagnole. Retour à Villa de Leyva et balade pédestre dans le centre historique à la découverte de l’histoire de cette magnifique ville ayant conservé ses bâtisses aux murs blanchis à la chaux, ses rues pavées, sa majestueuse plaza Mayor – la plus grande du pays –, toute pavée et entourée de maisons aux riches portails ; maisons de Antonio Ricaurte et de Nariño (ext.), deux héros de l’Indépendance colombienne ; la plazuela del Carmen avec ses églises coloniales, ses cafés et boutiques d’artisanat. Il règne à Villa de Leyva une atmosphère de tranquillité, se transformant en ambiance festive à la nuit tombée quand les villageois se retrouvent sur la place pour prendre un verre et écouter les musiciens jouant dans la rue.

11e jour : Villa de Leyva/Barichara (1 330 m d'alt.).

En matinée, route en direction de Barichara, magnifique petite ville qui a conservé tout son charme colonial et sa tranquillité. Bénéficiant d'une position privilégiée au sommet d’une falaise surplombant la rivière Suarez, offrant de belles vues et un climat annuellement très agréable, Barichara demeure l'un des plus beaux villages de Colombie et un formidable témoignage de l’époque coloniale de par son architecture en pierre, remarquablement bien conservée. Elle a attisé l'inspiration d’artistes de talent et d’ateliers artisanaux. Promenade dans le centre historique, avec ses ruelles pavées entourées de maisons de pierres taillées et recouvertes de torchis. Sur la place principale, visite de la cathédrale de l’Immaculée Conception, à la belle pierre ocre contrastant avec les murs de chaux blancs de la ville. Passage par le cimetière paré de belles pierres taillées localement. Magnifique panorama sur la vallée du rio Suárez. Montée jusqu’à la chapelle Santa Barbara.

12e jour : Barichara – excursion à Guane.

En matinée, visite d’une plantation de tabac proche de Barichara puis d’un atelier de papier. Excursion vers le village typique de Guane à bord de tuk-tuk, moyen de transport local permettant d’apprécier au mieux les paysages du canyon du rio Suárez. Guane est un endroit qui semble perdu dans le temps et sa vallée qui regorge de fossiles ne fait qu'ajouter à cette impression. Balade sur la belle place centrale ombragée de flamboyants d’où s’élèvent son imposante église coloniale et sa chapelle Santa Lucia. Visite du Musée paléontologique de Guane dans lequel on trouve des fossiles et des objets issus des civilisations précolombiennes qui peuplaient la région. Retour en bus à Barichara.

13e jour : Barichara/Barrancabermeja.

Départ en direction du plateau de Mesa de los Santos. Sur le chemin, traversée du canyon de Chicamocha, l’un des plus grands canyons au monde avec 227 km de longueur et 2 km de profondeur. Arrêt en cours de route dans un atelier artisanal travaillant le fique (fibre textile issue d’une variété d’agave). Continuation vers le fleuve Magdalena et la ville pétrolière de Barrancabermeja.

14e jour : Barrancabermeja/Santa Cruz de Mompox.

Embarquement pour la ville mythique de Mompox (6 h de navigation env.). Au fil du fleuve, principale voie fluviale du pays avec plus de 1 500 km, les paysages défilent avec possible observation de flamants roses ou encore de cormorans. Repas pique-nique à bord. Dans l’après-midi, arrivée majestueuse à Mompox qui restitue l’ambiance et les images décrites par Gabriel García Márquez dans Chronique d’une mort annoncée ou du Général dans son labyrinthe. Mompox, ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1995, est surnommée la « savane des Caraïbes » ou bien « la belle endormie ». Le fleuve, qui fit sa fortune à l’époque coloniale, contribua aussi par son envasement à la mettre à l’écart des grands axes de circulation : il la conserva aussi superbement préservée dans sa gloire passée, renfermant une incroyable richesse culturelle. Temps libre pour s’acclimater à la chaleur.

15e jour : Santa Cruz de Mompox.

Environnée de lagunes, jalonnant le fleuve Magdalena, Mompox a conservé sa très belle architecture coloniale. Départ pour une visite à pied de la ville avec ses églises remarquables et ses maisons coloniales. Fondée en 1540 par Alonso de Heredia, peu de temps après Carthagène, l’histoire « bolivarienne », du nom du libérateur Simón Bolívar s’est aussi arrêtée à Mompox. Passage par le cimetière avant de s’arrêter dans un atelier de filigrane, technique héritée des Maures via l’Espagne et unique désormais à Mompox. Aujourd’hui l’orfèvrerie reste une source de revenu important pour la ville, avec la pêche et le tourisme, qui n’est cependant pas encore très développé. Mompox demeure une destination authentique et hors des sentiers battus. Dans l’après-midi, montée à bord d’un esquif pour se rendre dans la Ciénaga de Pijiño, marais fournissant une très riche faune et flore. Observation possible d’iguanes, d’échassiers ou encore de singes hurleurs. Les rives du fleuve Magdalena sont propices à la culture de certaines plantes telles que l’ananas ou encore le manioc. L’élevage est un autre vecteur important de l’économie locale, de nombreux troupeaux de vaches zébus viennent se désaltérer au bord du fleuve. Fin d’excursion au soleil couchant.

16e jour : Santa Cruz de Mompox/San Jacinto/Carthagène.

Route en direction de la côte. En cours de chemin, arrêt dans la petite ville de San Jacinto. Découverte de son musée ethnoarchéologique qui retrace l’histoire des peuples indigènes habitant la région avant la conquête espagnole. La municipalité de San Jacinto est connue comme centre artisanal avec spécialisation dans les textiles ; y abondent les métiers à tisser. Visite d’un atelier de tissage de hamacs, tapis ou de sacs, de tradition indigène. Également, occasion d’un arrêt chez un fabriquant d’instruments de musique tels que des tambours. Continuation vers Carthagène, superbe ville aux multiples fortifications, considérée comme la plus importante ville d’architecture militaire de l’empire espagnol du Nouveau Monde et inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco. À l’arrivée, parcours dans le quartier populaire de Getsemani, avec ses ruelles colorées, ses maisons d’époques et son ambiance de petit village gravitant autour de la petite place de la Santísima Trinidad et de la statue de Pedro Romero, insurgé face à la domination espagnole (1811).

17e jour : Carthagène.

Carthagène fut le premier bastion espagnol établi sur le continent sud-américain. Elle dut subir les attaques répétées des pirates, dont le plus célèbre fut le capitaine Francis Drake. Découverte à pied : la Torre del Reloj, porte principale des remparts entourant la ville, la vieille ville conservant des églises et maisons d’époque coloniale comme celle du marquis de Valdehoyos (extérieur) ; le palais de l’Inquisition qui officiait encore au XIXe siècle (extérieur) ; l’église de San Pedro Claver (XVIIe siècle). Transfert jusqu’à la communauté afro-colombienne de La Boquilla. Cette communauté vivant anciennement de la pêche et du tourisme offre une ambiance tout à fait différente de la vieille ville de Carthagène ; plus populaire, La Boquilla, surprend par son ambiance décontractée et festive. Visite de la communauté en compagnie du guide local hispanophone pour expliquer le mode de vie de ses habitants. Démonstration de percussions par les musiciens de la communauté et découverte ainsi des rythmes afro-caribéens. Proposition d’un petit cours d’interprétation.

18e jour : Carthagène/Amsterdam.

Début de matinée libre pour flâner dans les ruelles et profiter des nombreuses boutiques d’artisanat. Enfin, passage devant le fort San Felipe de Barajas (XVIIe siècle), témoignage des forteresses construites pour défendre la ville ; puis montée vers monastère de la Popa (1607), utilisé comme forteresse, et qui recèle un joli cloître et surtout une très belle vue sur la ville. Transfert à l’aéroport de Carthagène et vol pour Amsterdam.

19e jour : Amsterdam/Paris.


Cliquez sur le bouton ci-dessous pour consulter les disponibilités de ce séjour
Dates et prix

Haut de page