Le château d’Anet CDT Eure-et-Loir/L. Leloup La chapelle royale du château d’Anet CDT Eure et Loire
Journée
Les temps forts

  • Découverte de Nogent-le-Roi et de la chapelle royale Saint-Louis de Dreux
  • Visite du château d’Anet

15 à 25 participants
Forfait par personne : à partir de 160

La campagne est douce dans la vallée de l’Eure. Les profondes forêts se reflètent dans les eaux calmes des lacs et rivières tandis que les châteaux y racontent un peu de l’histoire de France. Cette journée, au carrefour de la Normandie, du Centre et de l’Île-de-France, propose un voyage vers le charme de Nogent-le-Roi avec ses maisons à pans de bois séculaires, mais aussi vers l’élégance des châteaux d’Anet, au riche passé.

Matin

rendez-vous à la porte de Saint-Cloud (Paris) et départ pour Nogent-le-Roi. Découverte de cette ville qui s’est façonnée pendant un millénaire comme en attestent quelques parchemins qui font état des forteresses successives, où séjournèrent plusieurs rois capétiens et où naquit Jeanne de France – fille de Louis VI. L’Eure et le Roulebois s’y rencontrent. La présence de ponts et de passerelles ajoute un charme romantique aux quartiers pittoresques, avec les maisons à pans de bois serrées contre l’église. Déjeuner au restaurant.

Après-midi

Continuation vers Dreux, capitale de la tribu gauloise des Durocasses et carrefour routier fréquenté à l’époque gallo-romaine. Au Moyen Âge, son château, l’un des plus importants de toute l’Île-de-France, se dressait face à la puissance des ducs de Normandie. L’histoire lui a légué des monuments remarquables : la chapelle royale Saint-Louis, de style néoclassique et dont le roi Louis-Philippe fit la nécropole de la famille d’Orléans ; ainsi que le beffroi, symbole des libertés communales acquises par les bourgeois au xiie s. Enfin, visite du château d’Anet. En 1547, Diane de Poitiers, veuve de Louis de Brézé, Grand Sénéchal de Normandie, ordonna la construction du château d’Anet. Cinq années suffiront à achever les travaux dirigés par le célèbre architecte Philibert de l’Orme, et auxquels collaborèrent Benvenuto Cellini, Germain Pilon et Jean Cousin. En 1566, Diane de Poitiers mourait à Anet. Selon son désir, sa fille fit élever près du château une chapelle funéraire pour abriter son tombeau. La Révolution et les années qui suivirent manquèrent d’anéantir le château. Cinq générations de propriétaires ont restauré ce qui subsiste aujourd’hui : l’aile gauche, la chapelle de Diane et la chapelle funéraire du tombeau de Diane de Poitiers. Retour à Paris en fin de journée.


Cliquez sur le bouton ci-dessous pour consulter les disponibilités de ce séjour
Dates et prix

Haut de page